Moi, Femme !

J’aurai aimé qu’il y ait un grand F, mais ils diront que je suis féministe
Si je parle de liberté, ils diront que c’est parce que je connais internet
Si je leur dis de laisser ces sœurs aller à l’école ils me demanderont qui je suis
J’aurai aimé être un être, libre de droit comme une belle œuvre de photographie
Les esprits tordus diront encore que je me chosifie
Je transporte deux bidons de 25 litres, oui ouvrez grand les yeux
Je suis capable de boxer, de déranger ta denture
Mais non, je ne suis pas violente, traite moi de tous les noms mon silence te répondra
Tu me violes et tu as quand même l’audace de te justifier ou de dire que c’est à cause de ma jupe trop courte
J’aurai juste aimé être femme, sans mener un combat plus lourd que mes épaules
Etre femme devrait être jouissif, pourquoi ai-je l’impression de passer mon temps à justifier qui je suis ?
Rassurez-vous, vous êtes bien, gentils, enfin certains, je ne généralise pas je parle à vos amis qui eux, sont des chiffes molles qui font de la femme leur baromètre de force.
Cette violence n’est que très peu physique
Elle est psychologique, elle me dégrade, tue l’estime pour les plus faibles d’entre nous
Elle ravage, elle ramollie
Je n’ai même plus le droit de reconnaître que je suis une grande romantique, non cela fait de moi une fausse femme, une femme fleur bleue un être faible.
Depuis le premier jour de l’humanité dans ce jardin vous m’avez attribué tous les maux de la terre, à cause de cette maudite pomme, oui c’est à toi que je parle
Toi qui respire le masochisme et le sadisme
Toi qui jouis en me claquant une belle paire de gifle.
J’en ai marre de voir toutes ces pages de femmes qui se justifient
Cela me rappelle tous les noirs qui se sentent obligés de répondre à toutes les piques
J’aurai aimé garder mon bout de chair, ce que vous appelez clitoris, mais qui suis je ? Je suis une simple femme
J’aurai aimé aller à l’école mais ils m’ont fait comprendre que ma destinée était le mariage et des enfants que je ne veux pas du tout.
Ils m’ont appris que je ne vivrai qu’à travers lui
Ils m’ont appris que je ne me reconnaîtrais qu’à travers lui
Ils me parlent de l’égalité salariale, qu’en ai-je à foutre ?
Quand mbombi à Ouesso est obligée d’avoir 3 enfants à 20 ans
Ou que’Emma à Ngangalingolo est obligée d’être femme au foyer à 19 ans
Tu respires la masculinité abusive, tu es macho, tu es méchant,
Tu n’es pas comme les autres, c’est à cause de toi qu’ils sont mal perçu aujourd’hui
Ta sueur arrogante me dérange
Oui toi homme c’est bien de toi que je parle
N’écarquille pas tes yeux c’est bien de toi qu’il s’agit
Tu m’énerves, j’ai simplement envie de t’étriper, mais ce n’est qu’une envie, je suis trop forte pour me rabaisser à la violence
J’ai eu du mal à trouver un bus, je rentre tard et toi au lieu de me prendre la main et me sécuriser en tant qu’humain, tu baisses ton froc
Oui tu me violes mais je te regarde dans les yeux pour te montrer à quel point tu es nul et que tu ne ferais pas jouir une poule en chaleur
Tu es naze, tu es sale, ton odeur m’étouffe
Je te regarde parce que je n’ai pas peur de toi
Je te regarde parce que je suis une femme, une vraie
D’ailleurs c’est quoi une fausse femme ? N’est-ce pas à cause de tes préjugés qu’il y a mes amies qu’on qualifie de femme ramollie femme molle ?
Mais attend il y a aussi la « femme », la pire de toutes celles qui infligent des souffrances à la femme
Elles m’excisent avec un laid visage et se disent femmes
Elles me dépourvoient de ma féminité et osent afficher un large sourire à moi, une femme

Non je ne suis pas qu’une femme, JE SUIS UNE FEMME

Mon tour de hanche et mes lèvres pulpeuses ne me font pas
Je suis plus que ça
Tu n’as aucune pression à exercer sur moi, aucune loi à me dicter
On se doit compréhension et respect mutuel, nous sommes des Femmes, vous êtes des Hommes

Plus jamais ta main sur moi, plus jamais tes mots horribles sur ma conscience

Je ne t’appartiens pas, tu ne m’as pas fait

Je suis une femme et toi un homme
Je ne te dois rien, pas même cette fameuse côte dont on parle, retire la d’ailleurs si tu veux
C’est à Adam qu’on a retiré une côte, c’est à Eve que tu dois aller te plaindre
Moi ma côte ne vient pas de toi, j’ai été créé de toute pièce comme toi.

Crédit: Dave Tendresse

Crédit: Dave Tendresse

Je ne suis pas une femme d’exception, ni une femme d’influence qui s’exprime, ces titres qui sont censés réconfortés mon moral je n’en veux pas
Ce que je suis ?

Une femme qui s’exprime.

Dave
6 Comments

%d blogueurs aiment cette page :
Plus dans Société
Crédit: Dave Tendresse
La mère parfaite, mode d’emploi

Mbote Je préfère dès les premières lignes avertir tous ceux qui pensent que je suis conseillère matrimoniale ou un truc...

Fermer